Situé à proximité du Col de Cou (passage reliant la Suisse et la France), le Col de Bretolet est une réserve naturelle destinée à la protection et l’étude des migrations des oiseaux.

Géographie

Le col de Bretolet est proche du Col de Cou du (1 921 m), à environ un kilomètre ; les deux cols sont séparés par La Berte (1 992 m). L’accès du côté de Champéry se fait par route jusqu’à Barme (1 492 m), puis à pied. Il n’y a pas d’accès direct du côté français, il faut nécessairement passer par le col de Cou.

Du côté suisse, les eaux forment le Torrent de Barme qui se jette dans la Vièze, puis le Rhône. Du côté français, c’est la Dranse de la Manche, qui se jette dans la Dranse de Morzine et finalement dans le lac Léman.

Réserve naturelle

Du côté suisse du col se trouve une réserve naturelle de 567ha créée en 1991, et destinée à la protection et l’étude des migrations des oiseaux.

Une station de baguage de la Station ornithologique suisse de Sempach se trouve au col de Bretolet depuis 1958. Les recherches sont centrées sur la migration des oiseaux dans les Alpes, mais concernent aussi les déplacements saisonniers des chauves-souris et de divers insectes. Le col est le lieu de passage chaque automne de milliers d’oiseaux migrateurs.

En 2007, ce ne sont pas moins de 17 808 oiseaux de 94 espèces qui ont été attrapés entre le 30 juillet et le 30 octobre. Les espèces les plus représentées sont les pinsons des arbres, les rouges-gorges familiers et les chouettes de Tengmalm. Par ailleurs, 81 chauves-souris de 9 espèces, principalement des oreillards communs, ont été recensées.

L’importance de la migration par ce col a été découverte en1891 par Alfred Richard, puis confirmée en 1938 par Max d’Arcis. Des observations ont lieu depuis 1952 et c’est en 1957 qu’est construite la première cabane. Peu après il y aura deux bâtiments, dépendant de la Station ornithologique de Sempach et du Musée zoologique de Lausanne. De 1954 à 1974, 207 872 oiseaux ont été bagués à Bretolet.

La migration à travers les alpes

Depuis 1958, la Station ornithologique suisse conduit au col de Bretolet une étude à long terme sur la migration des oiseaux. Le déroulement de la migration automnale constitue le sujet d’étude principal.

Chaque année, 10 000 – 20 000 oiseaux de plus de 100 espèces sont bagués au col de Bretolet. L’enregistrement de la date et de l’heure des captures renseigne sur le déroulement saisonnier et journalier de la migration de chaque espèce. Les mesures de taille, de poids, d’accumulation de graisses et d’état des muscles décrivent la condition physique des oiseaux capturés.

Le réchauffement climatique se ressent dans la migration des oiseaux : le rouge-queue noir migre 10 jours plus tard qu’il y a 40 ans, tandis que le gobe-mouche noir traverse le col une semaine plus tôt. Les études du col de Bretolet démontrent la sensibilité et la rapidité avec lesquelles les migrateurs réagissent aux changements climatiques.

L’étude des oiseaux migrateurs

La capture des oiseaux permet notamment d’étudier la physiologie et le plumage des migrateurs. Dans ces deux domaines de recherche, les données collectées à Bretolet ont abouti à des résultats scientifiques inédits.

Les Alpes constituent un important obstacle pour les oiseaux migrateurs en route vers le Sud. La performance que représente la traversée des Alpes en vol est étudiée au col de Bretolet. Un protocole précis permet de décrire l’état du plumage de tous les passereaux. Ceci permet de documenter le déroulement de la mue (changement des plumes) de chaque espèce.

Chauves-souris et insectes

La station biologique alpine du col de Bretolet ne s’intéresse pas qu’aux oiseaux. Les chauves-souris sont aussi capturées dans les filets, et l’étude des insectes migrateurs sur le col a une longue tradition.

La Noctuelle gamma est parmi les papillons de nuit les plus abondants à traverser le col de Bretolet en migration.

Dans des bonnes conditions de vent, on observe une multitude de Syrphes migrer à basse altitude par-dessus le col, comme cet Epistrophe balteata.

Comment collaborer ?

Grâce à la collaboration de bénévoles, le baguage des oiseaux peut être mené entre début août et la fin d’octobre. Les volontaires ont l’opportunité d’assister aux recherches ornithologiques et peuvent se familiariser avec la détermination des oiseaux.

Pour participer (au minimum une semaine) comme bénévole à la station de baguage, il faut être âgé d’au moins 18 ans, être capable de marcher en montagne et se satisfaire d’infrastructures rustiques. Si ces conditions sont remplies, vous pouvez transmettre vos coordonnées en début d’année à l’adresse suivante : bretolet@vogelwarte.ch. Pour nous aider à réaliser le planning, merci de nous dire votre niveau d’expérience avec le baguage et la manipulation d’oiseaux.

Le col de Bretolet se situe à 1923 m d’altitude, dans les Alpes valaisannes à la frontière avec la Haute-Savoie, sur la commune de Champéry. On y accède depuis Monthey, par le Val-d’Illiez. La station de baguage n’est atteignable qu’à pied.

Déclaration de consentement aux cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Refuser